Archive | Bons plans RSS feed for this section

De l’intégration en pays étranger

8 Août

Lorsqu’on voyage ou qu’on habite à l’étranger, et ce quelque soit le pays, l’intégration se fait de différentes façons: participer à des activités de groupe, prendre des cours de langues ou autre, sortir avec ses colocataires…mais on se heurte souvent à un problème: la langue. Le fait est que bien que nous ayons tous appris l’anglais au collège et au lycée, combien d’entre nous se sentent vraiment à l’aise avec cette langue? L’enseignement des langues étrangères en France pourrait être amélioré, personnellement j’ai suivi un cursus LEA qui m’a beaucoup aidé lors de mon année en Roumanie et maintenant en Angleterre. La Roumanie m’a permis de pratiquer l’anglais avec beaucoup d’étudiants de différentes nationalités européennes ou non, mais il n’y avait pas d’anglophones avec nous – par là j’entends, de langue maternelle anglaise. Du coup, une fois arrivée à Londres, j’ai été quelque peu embêtée: j’avais rarement entendu un anglais natif parler ‘en vrai’ et l’accent, les structures utilisées, les expressions idiomatiques (oh! celles-là, je ne les aimais pas) étaient relativement difficile à saisir parfois.

Je n’ai jamais suivi de cours d’anglais à Londres , pas franchement le temps puisque je travaillais à temps plein, de plus, j’habitais avec des anglophones donc je me suis dit qu’avec la pratique ça allait venir. Cependant, les premières semaines ont été éprouvantes d’un point de vue de la compréhension orale mais j’ai fini par m’y habituer, pas le choix de toute façon. Aujourd’hui encore, j’avoue avoir parfois du mal avec les conversations de groupe, genre le vendredi soir au pub – oui parce que le vendredi soir, avec les collègues, on va au pub – ça le fait pas toujours. Ils sont tous anglophones, entre le bruit environnant, les accents du Nord (vous avez déjà entendu parler les gens du nord?), les conversations croisées, et les blagues, et le pire de tout le gars du nord qui fait des blagues au milieu de différentes conversations, j’avoue me sentir parfois perdue. En même temps, si ça se trouve je ne perds pas grand-chose mais par moment t’es au milieu de tous ces gens et tu sens un peu seul(e) – et bête? – parce que tu n’es pas complètement intégré(e) à la conversation. La pratique régulière de la langue en milieu professionnel est efficace, encore faut-il avoir du temps devant soi, c’est efficace mais long.

Heureusement, à Londres on trouve de tout, ça va des échanges linguistiques avec des personnes qui souhaite améliorer leur français, les fameuses annonces ‘my English for your French’ – mais là il faut quand même être un minimum à l’aise avec l’anglais – aux centres linguistiques spécialisés dans les formations accélérés qui proposent des méthodes élaborées type language in group. L’avantage des cours de langues, c’est que ça permet de rencontrer des gens ce qui est relativement important quand on vient d’arriver dans un pays. Cependant, attention danger!!! Rester avec des francophones ruine tous les efforts d’apprentissage d’une langue étrangère, je sais c’est plus simple et ça demande moins d’effort, mais en même temps mon ami, tu viens en pays anglophone pour apprendre la langue, non?

En Royaume Uni, on parle anglais!

En Royaume Uni, on parle anglais!

~sponsorisé~

Publicités

Trouver un emploi à Londres

7 Août

On a tous entendu dire que Londres c’est ‘the place to be’ pour le travail. Mais qu’en est-il en réalité? Je vais vous faire part de mon expérience perso, sait-on jamais peut-être que cela pourra aider certains français dans leurs recherches.

Trouver un poste à Londres, c’est facile?
Apparemment, il y a quelques années (avant la crise) ça l’était. Maintenant un peu moins. Je serai tentée de dire que la méthode de recherche et le CV peuvent faire la différence? Exemple: en septembre 2010, j’ai cherché un emploi à Londres en me limitant à un secteur particulier. Résultat: échec. Je tournais à un rythme de 3 entretiens par semaine, ce qui n’est pas trop mal, le problème à mon avis est lié à l’expérience. En tant que jeune diplômé, on ne peut mettre en avant que nos stages. Petite note: master décroché en Octobre 2010, sur mon CV j’avais affiché le master même si je ne l’avais pas officiellement, quelle différence au final…pour se faire recruter ça aide. Attention, je ne conseille pas de mentir, simplement si vous avez un diplôme en cours de validation, pensez bien à l’inscrire sur le CV.

Conseil numéro 1: ne pas se limiter à un secteur particulier mais chercher partout, Londres est une ville chère à moins d’avoir beaucoup d’argent de côté, on ne peut pas y rester sans travailler très longtemps.

Travailler à Londres: comment ça marche?
Il faut un NIN (numéro de sécu, je passe là-dessus, on trouve l’info partout sur Internet). Si tu viens d’arriver à Londres et que tu ne sais pas par quel bout commencer, voilà quelques conseils: vas sur reed.co.uk, monster.co.uk, jobsite.co.uk, et mets ton CV à jour. On peut se limiter à 5 ou 6 sites pour l’emploi, il y en a beaucoup plus mais il n’est pas nécessaire de perdre son temps sur les petites plateformes. Gardons en tête les sites de recrutement spécialisés dans les langues étrangères.
Ensuite, une fois le profil à jour, on postule, on postule!! En tant que français, si tu as peux d’expériences, mets en avant tes compétences: tu parles français? Combien d’entreprises on besoin de francophones. Et là, tu me dis ‘ oui, mais moi je suis là pour apprendre la langue’, tu peux postuler dans les pubs directement!
Une fois que tu as posé ton CV partout, les agents de recrutement vont te téléphoner.

Conseil numéro 2: ne pas croire tout ce que les agents de recrutement racontent.

Pourquoi se méfier des agents de recrutement?
Parce que se sont des rapaces! Chaque fois qu’ils placent un candidat, il ont une commission – normal – mais ils n’hésitent pas à envoyer des candidats même si le poste de correspond pas à l’expérience du jeune. On m’a envoyé à des entretiens pour des postes de manager…J’ai accepté parce qu’à chaque fois, ils ont été très persuasifs mais lors de l’entretien, on voit bien que tu l’as pas l’expérience donc ça ne le fait pas. Ta confiance en toi diminue de jour en jour. Postuler aux postes qui nous intéresse, c’est bien mais il faut vraiment garder en tête que Londres, c’est cher.

Conseil numéro 3: envisager tous les jobs possibles.

Ok, tu viens d’avoir ton master et tu veux THE job maintenant. Maintenant faut être réaliste, ce qu’on te dit dans ton école est parfois loin de la réalité (les écoles aussi doivent se vendre!), et tu ne décrocheras pas le poste de manager dont on t’as si souvent parlé dès le début – attention je ne dis pas que ça ne peut pas arriver.
Maintenant, retour à l’expérience perso. J’ai suivi cette procédure ‘postuler-en-masse-à-tous-les-boulots-possibles’ et trouvé un contrat dans le centre d’appel d’un célèbre opérateur téléphonique. Cela a pris moins d’une semaine entre la recherche d’emploi et le premier jour de travail.
‘Je ne veux pas bosser en call center’ – personne ne le souhaite (encore que c’était plutôt marrant au final) mais ce genre de poste permet de ne pas creuser son compte en banque et de postuler à d’autres jobs en même temps. En Angleterre, on a 2 jours de repos par semaine, dans ce genre de poste on est souvent en repos pendant la semaine ce qui laisse du temps pour postuler ailleurs. Expérience perso encore, après avoir passé 2 mois dans ce centre d’appel, j’ai commencé à chercher activement un autre poste au bout d’un mois, 3 semaines plus tard je commençais un nouveau poste complètement dans ma branche.

Moins de deux mois pour trouver ‘le’ boulot qui me plait, mais en postulant en masse et en utilisant les jours de repos pour aller aux entretiens. Donc trouver du boulot à Londres, c’est tout à fait faisable mais encore faut-il s’impliquer!

I’m a commuter

30 Juil

Je me souviens d’une leçon en cours d’anglais alors que j’étais encore collégienne, on nous parlais des commuters à Londres. Et moi de me dire, ‘ben pourquoi ils passent 4h par jour dans le métro les gens, franchement z’on qu’à trouver un autre job plus près!’.
Pour ceux qui auraient fait anglais dans un autre collège, un commuter c’est un type (ou une nana) qui se tape 1H ou plus de métro ou bus le matin et autant le soir dans le cadre de son boulot. J’avoue, je suis à peine commuter maintenant seulement 50 minutes de trajet de porte à porte, quand on est à Londres c’est tout à fait acceptable (mais il fut un temps, pas si lointain où s’était le cas).
Enfin bref, le commuter c’est un type (ou une nana) qui se lève, prend sa douche, enfile son costume, mange son petit déj (et encore je suis pas sûre vu le nombre de gens qui le prennent à l’agence, mais bon) et file prendre son bus, son métro, son autre métro, son bus…jusqu’à l’arrivée au bureau en sueur, en stress, (en retard?) et ruiné parce que le métro c’est quand même £32 par semaine (zone 1 à 3, si t’habites plus loin tu paies plus cher!). Ca fait rêver n’est-ce pas?! Le fait est que beaucoup d’emplois sont dans le centre de Londres, donc à moins d’habiter en zone 1 (no comment) on y coupe pas.

tube-commuters

tube-commuters

La photo ci-dessus vous présente heure de pointe à Londres, c’est comme ça tous les jours pas d’exagération. Et le soir, c’est pareil. Et les gens te crient dessus « move down » mais t’es déjà tellement collé à la paroie du métro que t’en à pris la forme donc tu peux pas « move down »!!!!! Le fait est que le métro, ça craint, c’est cher, fatiguant, stressant et on se retrouve toujours à côté de LA personne qui a une hygiène corporelle douteuse!
Cette semaine, une connasse autre ‘commuter’ a décidé que boire son café Starbucks à l’heure de pointe s’était une super bonne idée, quand le gars qui crie ‘move down’ (il y en a toujours un pour faire ça!) est arrivé, elle a poussé, poussé, poussé jusqu’à ce que je sente la chaleur de son café sur mon dos…et oui en plus d’être compressé, collé à des gens malodorants, on risque en plus de se faire ébouillanter par des étourdis!!! Là, c’était la goutte d’eau, comme on dit, il me fallait une alternative! Heureusement, le gouvernement anglais tellement qu’il pense à tout à un site web merveilleux qui permet d’estimer son temps de trajet avec tel ou tel moyen de transport entre telle ou telle adresse.
Il s’avère que dans mon cas, et sûrement pour beaucoup d’autres personnes, le temps de trajet en vélo est équivalent au temps passé dans les transports en commun. De ce fait, ma décision est prise: je me procure un vélo asap et dans un prochain post vous sûrement pourrez lire « première expérience au NHS: ma collision avec un black cab! ». Oui, parce que la circulation à Londres, c’est pas celle d’Ambillou-Château…

Manger français à Londres

2 Juil

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui parlons cuisine. J’ai découvert il y a quelques semaines déjà un petit café à Balham (sud-est de Londres) où ils servent de la cuisine traditionnelle française. Je ne suis pas spécialement à la recherche des endroits français quand je suis à l’étranger, mais à l’occasion pourquoi pas! Ce charmant petit café se nomme « Le French Café« , original n’est-ce pas? Mais alors qu’est-ce qu’on y trouve? Le menu couvre les classiques de la cuisine française: pot au feu, quiches, boeuf bourguignon, mousse au chocolat avec coulis de framboise (miam!)…enfin tous les plats qu’on ne se cuisine pas soi-même parce qu’on a pas le temps (ou parce qu’on vit dans une maison vieille et mal équipée sans four…just saying!).

Donc, ce petit coin de paradis culinaire se trouve à Balham, j’imagine que pour les touristes qui sont de passage pour quelques jours ça ne représente aucun intérêt, en revanche pour les personnes françaises (ou pas) qui habiteraient dans le sud de Londres, allez-y!!! Ca vaut le coup! C’est un peu plus cher qu’un pub ou qu’un fish & chips mais bon, à l’occasion pourquoi pas. Personnellement, j’y vais environ 2 fois par mois, j’essaie d’être raisonnable 😉

Pour ceux qui s’interrogent, le cadre est sympa (affiches de vieux films français partout sur les murs), le service est bon (ça mérite d’être précisé puisque ce n’est pas toujours le cas) et il y a une terrasse. Bon, il faut avouer qu’en Angleterre, la terrasse on s’en sert pas tous les jours, mais s’il fait beau c’est bon à savoir!

Voilà, j’ai calmé mon envie de partager cette adresse, maintenant si vous avez l’occasion d’essayer, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires! 🙂