Archive | Uncategorized RSS feed for this section

Juste une citation

19 Juil

Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé,  qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie, Alphonse de Lamartine.

Publicités

Brasov, quelque part en Transylvanie

14 Juil

Un diaporama crée spécialement pour les futurs étudiants qui iront en Roumanie, pour les visiteurs, les nostalgiques, les amoureux, tous ceux qui en gardent des bons souvenirs…Pour montrer à ceux qui ne connaissent pas que la Roumanie c’est pas seulement la pauvreté, des bâtiments délabrés et des Roms. Prochainement, un autre diaporama montrant une autre réalité.

Brasov se trouve en Transylvanie, pas loin de chez notre amis Dracula. En partant de Cluj (je suis toujours partie de Cluj parce que j’y habitais, c’est pas pour vous embêter), il faut compter 6h en train, ce qui est plutôt raisonnable par rapport à d’autres villes. La gare de Brasov est un peu excentrée, cependant, vous trouverez des taxis facilement et des transports en commun. Vous pouvez acheter vos tickets de transport juste devant la gare, il y a une petite maison avec une dame pour ça.  Il faut compter un petit quart d’heure pour rejoindre le centre. Pour résumer la ville, vous avez une grande place centrale avec une fontaine, il y a deux directions principales. Soit vous marchez en direction de la Tour Blanche (facile c’est la tour que vous voyez de la place quand vous levez les yeux). Cela vous mènera à une courte randonnée autour de la ville dans derrière les remparts. Évitez de caresser les chats qui traînent, on ne sait jamais. Vous aurez un magnifique point de vue sur la ville.

Si vous suivez la direction inverse, vous arrivez dans la grande rue piétonne avec tous les magasins et restaurants. Au milieu de la rue, vous trouverez plusieurs qui sont sympa. Malheureusement, je ne peux pas vous donner d’adresses car je ne les ai pas notées. Erreur de ma part et je m’en excuse.  Je me suis toujours arrêté dans les restaurants au hasard là-bas, sans jamais avoir de problème, laissez-vous tenter!

Appréciez le diaporama! Bon voyage!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Probleme technique

10 Juin

Je laisse simplement un post pas vraiment utile pour vous informer que je n’ai plus acces a internet, donc pas de posts en ce moment…et pour ce qui est des accents, je tiens a preciser que mon seul point d’acces a internet est un portable anglais 🙂

Transnistrie: l’aventure

6 Juin

Très bien, vous êtes allez voir les forums et vous voulez toujours y aller, hein! Bon, voilà quelques infos sur le périple. Je prends pour exemple ce que je connais: mon voyage là-bas, avec deux amis. Voilà, nous avions quelques jours de vacances en février, nous avons donc décidé de voyager un peu et l’un des deux amis avec qui je voyageais habituellement à suggéré l’idée. Personnellement, je n’avais pas regardé les forums et je n’avais que vaguement entendu parlé de ce « pays ». Notre point de départ: Cluj-Napoca. Point d’arrivée: Odessa (Ukraine). Transit: Tiraspol, Transnitrie. Il est bien sûr possible de contourner la région, mais cela rajoute environ 6h au trajet, qui était déjà très long!

Nous voilà donc partis de Cluj, en train, direction Iasi, dans le Nord-Est de la Roumanie. Environ 6h de train, nous avion décidé de passer quelques heures dans cette ville: le dimanche matin à 6h, il n’y a rien d’ouvert, sauf le McDo…pratique, c’est à côté de la gare (qui vaut le coup d’œil). Tour rapide, ce n’est pas la plus belle ville de Roumanie, elle est correcte. A partir de Iasi, le trajet à continué en minibus, avez-vous entendu parlé des routes en Roumanie? Vous comprendrez si vous allez là-bas… Je précie que la gare routière d’où part le minibus, se trouve sur le parking d’un supermarché à environ 10-15 minutes à pieds. Nous nous sommes fait baladés par le taxi! Il faut prendre à droite en sortant de la gare jusqu’à rejoindre la route perpandiculaire, continuer sur la doirte jusqu’au supermarché où vous trouverez la gare routière…enfin, « l’endroit-où-les-minibus-se-garent », la Roumanie, c’est particulier 😉  Voilà, le tarif était d’environ 15€ pour aller jusqu’à Tiraspol.

Le voyage en direct:

Nous voilà donc partis, dans notre minibus blindé, musique moldave à fond, roulant sur les nids de poules, jusqu’à la frontière de Transnistrie. Là, comme tout passage de frontière; passeport, contrôle…Les français (nous 3) descendent du minibus sous l’œil agacé des autres passagers, en effet, cela sous-entend qu’il y aura du retard! Les douaniers (en russe) nous expliquent qu’il faut remplir des documents d’entrée, je suppose qu’il s’agit du même genre de document que ceux que les voyageurs extérieurs à l’UE remplissent. Bref, on remplit les formalités et le douanier nous demande 20€. Sauf que: on ne paie pas pour rentrer dans un pays, et de toute façon nous étions en Roumanie depuis plus de 6 mois, nous n’avions ni euros, ni dollars! Voyant qu’on ne donnait rien, ils nous ont laissé remonter dans le minibus, sous les regards encore plus agacés de autres passagers.

Ah oui, parmi les informations fournies par les douaniers, toujours en russe: « allez vous faire enregistrer au bureau de l’immigration ». Oui, même pour une journée. Nous voilà donc en route pour ce bureau. Le conducteur du minibus  nous a montrer où aller. Heureusement, il fallait arriver avant la fermeture sinon, nous n’aurions pas obtenu le document essentiel permettant de sortir du pays! Nous nous sommes quelque peu perdus, mais avec tous les soldats à tous les coins de rues, vous pouvez demander de l’aide (en plus, ils sont beaux!). Enfin, bref, ce papier, ne le perdez surtout pas!!! Sans quoi vous restez coincés. Précisions, pas de signal de téléphone. Enfin bref, petit tour rapide de la ville: bâtiments communistes, personne dans les rues (février en même temps), soldats partout, pas un papier par terre…Ambiance particulière. Mais pas très à l’aise quand même, même si R. vous dirait le contraire!

Nous sommes repartis le jour même afin d’arriver à Odessa le plus vite possible. Nous voilà à la frontière, on donne le document et on nous redemande de l’argent: non, même réponse. Réaction différente: démantèlement du minibus, fouille minutieuse de tous les bagages et scanner. Regard meurtrier des autres passagers. Mais voilà, français fauchés, en effet, la bourse Erasmus ne tombe pas toujours régulièrement. Nous sommes quand même ressortit grâce à l’intervention d’une moldave qui a raconter on ne sait trop quoi au douanier! Merci encore, madame!

Du stress, mais rien de méchant au fond: Transnistrie, on valide.

Introduction à la Transnistrie

6 Juin

Regard interrogateur? Transniquoi? Laissez-moi éclairer votre lanterne! Vous êtes sur un blog de voyages, donc logiquement, il doit s’agir d’une région du monde, d’un pays…quelque chose comme effectivement.

La région de Transnistrie est coincée entre l’Ukraine et la Moldavie. En quelques mots, je reprends les explications de Wikipédia : une République non-reconnue à majorité russophone. A la base, la région était ukrainienne, pendant la seconde guerre mondiale, elle est devenue roumaine, maintenant…techniquement moldave. La particularité de ce pays est qu’il n’est reconnu par personne d’autre que lui-même. Vous y trouverez un Parlement, un président (Smirnoff, à l’heure actuelle, on arrête de sourire!), une monnaie nationale (rouble de Transnistrie), un hymne, une armée et des frontières. La capitale: Tiraspol. Particularité: dernier Etat communiste de l’Europe. Les langues: moldave, russe, ukrainien. Pour l’anglais vous repasserez. Lors de notre voyage avec R. et G., nous avons rencontré une personne parlant français. Chance!

Apparemment, si vous cherchez des information sur Google sur ce pays, vous trouverez des forums vous expliquant que vous n’en sortirez pas vivant. Faux. Ce ne sont pas des sauvages! Mais comme partout, il faut bien se tenir, ne pas provoquer les soldats qui sont à tous les coins de rues et ne pas prendre de photos de certains bâtiments. Si vous le faîtes malencontreusement: on vous demandera de les effacer, conseil: obtempérez! Et, n’essayez pas de recommencer juste après, hein.

La raison pour laquelle je vous parle de ce pays est la suivante: si vous êtes étudiants Erasmus ou juste d’intrépides voyageurs, vous aurez sûrement l’idée de passer par là-bas pour vous la raconter, ou juste vous faire des sensations fortes. Dans le prochain post, je raconterai mon voyage là-bas. Une sorte d’étude de cas si vous voulez, pour savoir à quoi vous attendre. En toute honnêteté, ça ne se passe peut-être pas comme ça pour tout le monde et je sais que notre désormais célèbre M. y est allée aussi, peut-être nous laissera-t-elle quelques lignes sur son expérience personnelle!

Hello world!

11 Mai

encore en construction! 🙂