Tag Archives: Roumanie

Sighet, les vestiges de la période communisme en Roumanie [Rétrospective]

9 Août

Aujourd’hui d’humeur nostalgique, j’ai décidé de puiser dans mes archives et de vous reparler de la Roumanie mais pas des aspects sympas. Dans le Nord du pays vous trouvez une ville nommée Sighet Marmatiei (désolée, je n’ai le clavier roumain), cette ville de style hongrois comme la plupart des villes de cette région est très agréable à visiter. J’ai eu le plaisir de visiter la ville et la région accompagnée d’une amie roumaine rencontrée ses les bancs de l’Université de Cluj, elle est originaire de cette région et m’avait invitée à passer quelques jours dans sa famille (à l’occasion, je pourrais poster un article sur l’hospitalité roumaine).
Nous avons à cette occasion visité la ville, ainsi que le cimetière de Sapanta ‘le cimetière joyeux’ que je vous conseille vivement au passage car il est particulier. Au sein même de la ville, on trouve une autre ‘attraction touristique’: la prison de Sighet. Vous n’êtes pas sans savoir que la Roumanie a connu des années difficiles entre la seconde guerre mondiale et 1989, pendant cette période de dictature communiste les libertés étaient relativement limitées. Or, comme dans beaucoup de dictatures, il y avait des opposants. Des personnes qui pensaient autrement, donc de potentiels éléments perturbateurs.
La prison a été utilisée pour se débarasser des prisonniers politiques entre 1947 et 1974, ils y ont été emprisonnés, certains torturés.

Entrée de la prison de Sighet

Entrée de la prison de Sighet

Murs couverts des noms des victimes

Murs couverts des noms des victimes

En rentrant dans le bâtiment, vous pouvez voir les portraits des personnes qui sont passées par cette prison. Les survivants pour beaucoup habitent encore la ville. L’entrée est impressionnante car du sol au plafond, on ne voit que des portraits, certains d’entre eux ne sont jamais ressortis de la prison. Un peu plus loin dans certaines cellules, vous verrez les noms des victimes couvrant les murs du sol au plafond.
Au fil de la visite, on découvre le quotidien des prisonniers, on peut voir certain de leurs effect personnels, les cellules où on les enfermait, la façon dont on pouvait les torturer. Des images et des textes illustrent les différentes manières de torturer les prisonniers.

Couloir central de la prison de Sighet

Couloir central de la prison de Sighet

La prison a connu beaucoup d’intellectuels parmi ses prisonniers, mais aussi des hommes et femmes politiques, des paysans…Vous pouvez consulter la liste des prisonniers célèbres sur notre Wikipedia adoré. Vous pouvez trouver encore plus d’informations ici et ici.

Si vous avez l’occasion de passer en Bucovine, arrêtez-vous quelques heures dans cette prison, même je le reconnais c’est plutôt glauque. On apprend beaucoup sur la Roumanie et la dictature, et je peux vous dire que voir tous ces visages qui vous regardent, tous ces noms…émotionnellement ça fait quelque chose. Bref, je ne sais pas pourquoi cet épisode m’est revenu en mémoire…peut-être les évènements londoniens qui me travaillent!
Pour terminer une dernière photo, celle du monument à la mémoire des victimes.

Monument à la mémoire des victimes de la prison de Sighet

Monument à la mémoire des victimes de la prison de Sighet

Publicités

La Roumanie en train

12 Jan

Il existe bien évidemment de nombreux moyens de voyager, quelque soit le pays. En Roumanie, j’ai surtout utilisé le train. On peut aussi louer des voitures, mais la façon de conduire de certains (que l’on pourrait qualifier de très dynamique)  m’a rebutée.

Donc aujourd’hui,  nous parlerons train. Tout d’abord, que faut-il savoir? Le train est plutôt bon marché et permet d’aller dans la plupart des grandes villes.  Il suffit de prendre le taxi une fois sur place pour se rendre à une adresse précise. Il part à peu près à l’heure, mais arrive parfois en retard: donc prévoir des marges! Le train roumain, c’est pas le TGV, vous aurez largement le temps d’admirer le paysage, en Transylvanie en particulier: l’alternance de plaines et de montagnes est plutôt jolie. Bien sûr, il faut être honnête, vous verrez également des tas énormes d’ordures – personnellement, je n’en avais jamais vu de semblables.

Les contrôles sont quasi systématiques, donc, pour ceux qui envisagent de frauder: à vos risques et périls! Concernant la voiture -restaurant: il n’y en a pas! En revanche, un employé de la CFR (compagnie des trains) passe dans les wagons avec des boissons et snacks. Je garde cette image en tête: un des employés qui s’occupait d’approvisionner les passagers était un homme assez âgé, tenant un plateau d’une main et un panier remplit de l’autre, pendant que le train était en marche: il n’a jamais rien renversé! Impressionnant si l’on considère l’âge de l’homme et les vibrations du train. Pour le ravitaillement, à chaque gare, il y a des magasins. Essayez les croutons à l’ail!!!

Les trajets étant long (au moins 3h pour une courte distance), cela donne du temps pour faire connaissance avec les voisins de wagon :). Hé oui, contrairement à chez nous, on se parle dans le train là-bas. Surtout si les voisins de banquette entendent que l’on parle une autre langue, arrivent les questions classiques: vous venez d’où, vous allez où, et surtout MAIS QU’EST-CE QUE VOUS FAITES EN ROUMANIE? Pas dans le sens rentrez chez vous, mais plutôt: vous venez de France, pourquoi vouloir visiter notre pays?! Grâce aux personnes rencontrées dans les trains, j’ai ainsi pu voir en vrai – pour la seule et unique fois – une meute de loup et un troupeau de cerfs! Avec cet air dans les yeux qui vous dit: « vous voyez, ça en France je suis sûr que vous ne le trouverez pas! ».

Voici quelques clichés pris dans les trains, les gares…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Craciun Fericit

25 Nov

Bientôt Noël! Je suis sûre que vous vous posez tous la question suivante: à quoi ressemble Noël en Roumanie? Non? Avouez que maintenant, oui! On se concentre maintenant! Donc, Noël en Roumanie, c’est un tout petit peu différent de chez nous. Chez nous, on se limite au repas de famille et aux cadeaux, parfois on va à la Messe de minuit…Là-bas, la tradition est quelque peu différente.

Pour y avoir passé Noël l’année dernière, je peux en témoigner: différent et intéressant.

Tout d’abord, petite leçon de roumain:

Joyeux Noël: Craciun Fericit

Père Noël: Mos Craciun

Bonne année: la Multi Ani (à utiliser en toutes circonstances en fait).

Chants de Noël: colinda

Voilà pour les mots-clés. Comme à mon habitude, je vais faire appel à ma mémoire et me remémorer quelques souvenirs pour vous faire partager ce moment. Mon Noël 2009 s’est déroulé à Alba Iulia, j’ai passé la soirée de Noël – j’imagine de façon traditionnelle – dans cette ville. Tout comme chez nous, les roumains préparent un repas pour Noël, qui est ensuite partagé en famille. La grande différence réside dans le fait que la jeunesse roumaine s’en va toute la nuit chanter des « colinde » au voisinage: famille et amis, disons, toute personne importante. Les jeunes se regroupent entre amis (avec guitare s’il quelqu’un en joue!) et s’en vont chanter. Ils passent ainsi d’une maison à l’autre, chantent quelques chants et sont invités à boire et manger chez les personnes chez qui ils vont chanter. Ils font ça toute la nuit.

Au début, c’est intéressant et différent de ce qu’on connait chez nous. Mais après une dizaine de maisons, entre la marche, le chant, la nourriture (étant bonne, on a tendance à en abuser) et le vin (ou tsuica parfois), on rentre chez soi … épuisé!

J’avoue, je me suis retrouvée à chanter des chants dont je ne comprenais pas toujours (pas du tout?) les paroles, pour des gens que je ne connaissais pas et avec un groupe de jeunes dont je ne connaissais que la moitié des membres. Quel souvenir j’en garde? Inoubliable! Pas pour la rando, ni  pour la nourriture, mais pour l’ambiance autour de ces chants et pour l’accueil reçu de la part des gens chez qui l’on est passés.

Voilà, c’était le moment de nostalgie avant les fêtes, et décidément, Roumanie un jour…

PS: à moins de connaître des gens avec qui passer Noël, ce n’est pas la bonne période pour visiter le pays. Puisque tout est comme qui dirait, vide. Ce n’est pas M. qui dira le contraire!

Comme à mon habitude, voici le diaporama!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Palais du Parlement

20 Nov

Palatul Parlementului. Retour à la Roumanie pour les prochains posts, et à Bucarest en particulier. Je suis allée à Bucarest 2 fois, l’élément qui m’a le plus marqué – mis à part les 9h de train pour y arriver – c’est le Palais du Parlement. Il est énorme, il ne tenait pas dans mon cadre d’appareil photo, d’où des photos tronquées, je m’en excuse.

Petit rappel historique

La construction de ce bâtiment a commencé en 1984, pendant la période Ceausescu, à l’époque on l’appelait « Casa Poporului » – la Maison du Peuple. Le bâtiment devait regrouper l’administration du pays, soit la Présidence de la République, la Grande Assemblée Nationale, le Conseil des Ministres et le Tribunal Suprême. Le bâtiment comporte des logements destinés aux fonctionnaires de l’administration.

Quelques chiffres sur cet édifice:

– surface au sol: 45 000 mètres carré

– surface habitable: 350 000 mètres carré

– hauteur: 86 mètres

– 1100 pièces réparties sur 12 étages, et 4 niveaux supplémentaires au sous-sol

– coût: 40% du PIB par an.

Pour construire ce « monstre », on a dû détruire une partie de la ville de Bucarest, (environ 520 ha, soit 1/5 de la superficie totale de la ville). 40 000 personnes ont ainsi été expulsées et « relogées ». Le bâtiment est construit en marbre, à l’intérieur on y trouve du marbre rose (rare). Des carrières entières ont été épuisées pendant la construction de l’édifice. A la chute de Ceausescu, il ne sera pas terminé.

Et aujourd’hui?

Le Palais du Parlement abrite aujourd’hui la Chambre des Députés et le Sénat roumain, mais aussi des halls de conférence, de multiples salles… Le bâtiment se visite en différente langues, de mémoire en français et en anglais, mais il y a certainement d’autres langues proposées. La visite dure environ 1h, pendant laquelle on ne visite que 7% du bâtiment. On pourrait croire qu’on se fait avoir, mais croyez-moi vu la taille de la bête, il faudrait des journées entières de visite pour en faire le tour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Regard sur la Roumanie

7 Oct

Après un certain temps passé dans un pays, on ne remarque plus ce qui pouvait choquer au début. Ou du moins, on s’y habitue. C’est ce qui s’est passé en Roumanie. Bien évidemment, on voit toujours les vieux immeubles de la période communiste, ils sont toujours aussi peu élégants, mais au bout d’un moment ils font juste parti du paysage.

Plusieurs personnes sont venues me voir à Cluj, je suis tombée récemment sur leurs photos. C’est assez édifiant. Au début, je prenais moi-même des photos de trucs bizarres que l’on peut trouver chez nos amis roumains, mais petit à petit, j’ai arrêté, et finalement, dans mes archives, je me retrouve avec de belles photos qui au final ne représentent pas la réalité du pays. J’ai finit par m’habituer à l’environnement il faut croire…

Du coup, je me suis dit: « utilise les photos des touristes! ». Je vous propose donc dans cet article une sélection des photos d’Anne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le côté allemand de la Roumanie

8 Août

Ça faisait longtemps! Pas mal occupée dernièrement, je n’ai pas vu le temps passer, désolée! Aujourd’hui, on va à Sibiu. En Roumanie, on vadrouille pas mal, Sibiu était la première ville que j’ai visité en dehors de Cluj.

Quelques informations pratiques: distance 213 km, durée du voyage, environ 4h20. Oui, je sais…Mais ça les vaut.

Quelques informations générales: capitale du Judet de Sibiu, une des principales villes de Transylvanie, environ 170 000 habitants, la ville a été saxonne pendant très longtemps (allemande) ce qui explique qu’aujourd’hui encore, on entend de l’allemand dans les rues, la ville est très bien conservée: le centre historique n’a été touché ni par les guerres, ni par les politiques urbanistes sous l’ère Ceausescu.

Capitale européenne de la culture en 2007, la ville en a profité pour se refaire une beauté. Sur place, vous pouvez faire le tour des remparts, à pieds. Ils ne sont pas si grands que ça et valent le coup d’œil car ils sont relativement bien conservés. A voir également: la Tour du Conseil, vous pouvez la visiter et avoir un point de vue sur l’ensemble de la ville, il y a quelques musées que je n’ai personnellement pas visité. Vous pouvez aussi traverser le Pont des Mensonges, qui selon la légende s’écroulera si vous mentez en passant dessus! Au final, Sibiu n’est pas une très grande ville, mais il faut prendre un certain temps pour se balader et l’apprécier, le centre-ville et les remparts valent le détour, mais vous pouvez aussi vous aventurer en dehors de la ville… 😉

Où manger: La Turn. Le lien n’est pas en français, la version anglaise devrait vous convenir. Pourquoi celui-là? Tout simplement car le cadre est chaleureux et l’équipe accueillante. Le restaurant se situe dans le centre historique de la ville, ils ont gardé le bâtiment d’origine et respecté le cadre. Au sous-sol, vous vous trouverez donc dans des caves.

Où dormir: je vous aurais bien recommandé une auberge de jeunesse en particulier, mais je n’ai pas réussi à la retrouver, je vous orienterai donc vers Hostelworld. Nous n’avons jamais eu de mauvaises surprises avec ce site. Les commentaires sont écrits par les usagers, on peut avoir confiance.

Voici maintenant une diaporama de la ville, histoire de vous donner un aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6 raisons d’aller en Roumanie

23 Juil

J’ai commencé une réflexion cette semaine. Je vous parle de la Roumanie et d’autres pays bizarres depuis 3 mois maintenant, cependant, je ne vous ai jamais dit pourquoi ça m’intéresse autant ou pourquoi vous devriez envisager de vous intéresser. Voici donc quelques raisons quelque unes des raisons qui font que j’aime autant la Roumanie. Elles ne sont pas classées, je vous les livre à l’état brut!

1- Les Roumains. (J’imagine déjà ceux qui me connaissent en train de sourire! On se comprend!). Les Roumains, donc, sont des gens très chaleureux, sympa, fêtards et hospitalier. Et serviables en plus de ça! A mon arrivée à Cluj, j’ai été réceptionnée par une roumaine qui était dans la même fac que moi en France alors qu’on s’était vues 2 fois auparavant. Elle m’a mis en contact avec des gens sur place afin que je ne sois pas perdue. Juste un exemple pour vous dire à quel points ils sont cool! Tous ceux que j’ai rencontrés ont été vraiment sympa, si quelqu’un a eut une expérience différente, je suis toute ouïe, laissez un commentaire, je me ferai un plaisir d’en discuter!

2- La cuisine. Je vous vois venir, « la cuisine roumaine n’est pas très raffinée et blablabla! ». C’est vrai, mais il admettre que même si elle n’est pas aussi raffinée que certains de nos plats traditionnels, elle vaut le coup! Et d’abord, définissez « raffiné »! Ceux qui iront à Cluj, vous devrez passer à la Casa Ardeleana: commandez des sarmales avec de la mamaliga et en dessert des papanasi! Vous ne mangerez rien les prochains jours tellement c’est lourd, mais c’est super bon! Et les clatita! Enfin, vous pouvez tout tester! (Dans la rue d’en face, essayez la pizzeria Rex, ils ont des bons produits!).

3- Les vues. Par vues j’entends, paysages de villes, de montagne, de campagne. Ok, c’est vrai, c’est plus pauvre que chez nous. Pour vous donner un exemple, une fois j’ai vu une charrette dans le centre-ville de Cluj (Cluj, c’est grand comme Nantes, combien de charrettes à Nantes?!). La campagne c’est un peu la zone, les routes sont pas en bon état, mais ils roulent comme des malades quand même. Je me souviens qu’en arrivant le conducteur du car (j’ai fait Nantes-Cluj en car) a doublé un camion dans un virage de montagne, j’ai cru qu’on allait mourir! Mais, franchement, les paysages sont superbes! Bruts, comme qui dirait

4- Le coût de la vie. Ben, oui…La Roumanie coûte beaucoup moins cher que la France, on peut visiter énormément d’endroits à peu de frais.

5- L’originalité du pays. Quand j’ai dit à mon entourage que je voulais partir en Roumanie, ils ont pas adhéré au projet immédiatement. Faut dire que vu les clichés qu’on a en France sur ce pays! Mais avec les clichés on avance pas! En restant toujours dans le même environnement, on stagne. Le fait de se confronter à une autre culture, pas si différente finalement, est vraiment enrichissant.

6- Les roumains sont francophiles. Ils nous traitent très très bien.

Voilà, il y aurait certainement d’autres raisons. Notre amie M. (ceux qui lisent depuis le début comprendront!) en rajoutera peut-être. Au fait, je suis tout à fait consciente du fait qu’on pourrait aussi trouver 5 raisons aussi valables de ne pas aller en Roumanie ;).

Là où la Roumanie est (presque) née

20 Juil

Je vais expliciter mon titre dès maintenant, j’ai dit « presque » car je parle de la Roumanie actuelle, bien sûr qu’il y avait déjà des bouts de Roumanie avant! Elle n’a pas surgit de nulle part.

Aujourd’hui, nous ferons un peu d’histoire en visitant Alba Iulia. Un tout petit peu. En effet, le 1er décembre 1918, il s’est passé quelque chose à Alba Iulia.

Je garde le suspense. Situation géographique: dans le centre, un poil vers l’Est, à 95 km au sud de Cluj-Napoca. Alba Iulia est une ville qui se trouve au cœur de la Transylvanie. Quelques faits sur cette ville:

– l’un des plus anciennes de Roumanie (Apulum pendant la période romaine)

– au XIème siècle, elle fut le siège des premiers archevêchés

– on y a apparemment trouvé des vestiges du néolithique

– 1544, elle devient la capitale de la principauté de Transylvanie (jusqu’en 1690)

– 1er décembre 1918: c’est à Alba Iulia qu’est signée la réunification du pays. La Transylvanie est reliée à la Grande Roumanie. Cette date est en fait le jour de la fête nationale en Roumanie. Dans toutes les villes du pays et en particulier à Alba Iulia, vous pouvez aller voir le feu d’artifice!

Malheureusement, je n’ai pas vu celui d’Alba Iulia car j’étais à Cluj (surprenant, n’est-ce pas!). Et franchement, ils ont rien à nous envier les roumains, parce qu’il était super leur feu d’artifice! Sauf que, bon, les normes de sécurité ne sont pas les mêmes que chez nous…restez pas trop près des artificiers et ne chercher pas les limites de sécurité parce que…il y en a pas, du coup, tout tombe sur le public.

Mais revenons à Alba Iulia, cessons les digressions! Ce que je vous propose maintenant est un tour de la ville en hiver. Je vous donne (encore) un diaporama. J’ai tellement de photos que je n’arrive pas à choisir celle qui serait la plus adaptée car j’aimerai que vous ayez un aperçu global de chacune des villes présentées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous recommande deux endroits: un pub et un bar.

Le pub se trouve au niveau des remparts, il s’agit du Pub13. Je l’ai testé personnellement quelques amis. Le bar se trouve au pied des remparts, du moins l’entrée, car le pub lui-même est sous-terrain. Du coup, une fois dedans, vous êtes en fait sous les remparts, les cadre est vraiment génial pour celui qui aime les villes pierres. Vous verrez des épées, armures, casques accrochés partout aux murs mais l’ambiance est vraiment sympa. Vous pouvez trouver les photos sur le site en cliquant sur le lien. Je vous préviens, le site est long à charger, ah oui, et il n’est qu’en Roumain!

Un autre endroit que j’avais bien aimé: le Paradize. Pour être honnête, ça ressemble plutôt à l’enfer niveau décor. Je rigole, c’était pour le jeu de mot! L’endroit en lui-même n’a absolument rien d’exceptionnel et le service est …à la roumaine…par là, j’entends, ne vous attendez pas à un sourire et du « monsieur », « madame » comme en France. En revanche, ils ont des chocolats viennois excellents! Du genre qui donne des frissons! Voilà, ne vous arrêtez pas à des détails comme le service, pensez au produit!

A quoi ressemble une CitéU en Roumanie?

17 Juil

Certaines personnes (je ne nommerai personnes) m’ont demandé à quoi ressemble les chambres universitaires à Hasdeu, je leur dédie ce post! Il faut être honnête dès le départ, les étudiants Erasmus sont logés dans des chambres très correctes auxquelles les étudiants roumains n’ont pas accès, pour la plupart.

Hasdeu est un campus composé d’une vingtaine d’immeubles tout plein d’étudiants, roumains certes, mais pas que. Sur ce campus, vous trouverez tout le nécessaire pour une vie d’étudiant: bars, salles de sport (pas cher là-bas!), magasins alimentaires…tout. Le bâtiment dédié au Erasmus est le A1, certains étudiants se retrouvent cependant dans d’autres bâtiments, ceux qui étudient en médecine notamment.

Que dire sur ces logements…Le A1 (je n’ai pas habité dans les autres, donc je ne parlerai que pour le A1) a quatre étages, sans ascenseur. Il y a internet, mais pas en wi-fi, il vous faudra utiliser une câble Ethernet, au cas où vous n’en auriez pas, vous en trouverez sans problème en ville. Les chambres sont faites pour deux. Mobilier basic: 2 lits, un bureau, de grands placards (trop grand, sérieux, ça donne envie de les remplir!), des chaises. Vous avez une salle de bain pour deux et une pièce « frigo+placard ». Votre garde manger en quelque sorte.

Chaque étage comporte une cuisine que vous partagez avec l’ensemble de l’étage, soit une trentaine de personnes. Le ménage est fait une fois par semaine, si je me souviens bien. De plus, vous aurez accès aux machines à laver qui se situent au RDC, dans le couloir à gauche en rentrant dans l’immeuble. A l’époque, il y avait 2 machines à laver pour l’ensemble de l’immeuble, soit 30 personnes multiplié par 4 étages, je vous laisse calculer. A cela, il faut ajouter les incrusté du A2, bâtiment juste en face qui ne dispose pas de machines! Enfin, vous apprendrez à vous battre! Enfin, ça fait un an maintenant, ils ont peut-être investit dans du nouveau matériel…

Le loyer se paie en liquide, vous devez aller dans le bâtiment A2, juste en face. Entrer à l’intérieur et tourner à droite. Vous trouverez le bureau de l’administratrice. Munissez-vous de votre passeport et ayez en tête votre numéro de chambre afin d’effectuer le paiement. L’administratrice vous donnera ensuite un reçu officialisant l’opération.

Autre précision, vous n’avez pas besoin d’emporter vos couvertures avec vous, tout est fournit. Vous pouvez les changer une fois par semaine au bâtiment A2. Donnez simplement votre numéro de chambre et on vous échangera vos couvertures. Je vous laisse quelques photos afin de vous donner une meilleure idée.

Pas mal, hein? Si vous avez des questions ou souhaitez avoir plus d’informations, laissez-moi un commentaire!

Roumanie: Peles, un château technologique

11 Juil

Le premier château à utiliser l’électricité en Europe était…roumain! Que ceux qui le savaient lèvent la main! Cette merveille de technologie (pour l’époque!) se trouve dans la moitié sud de la Roumanie à Sinaia. Il s’agit du Château de Peles.

Le château se situe dans une région que l’on pourrait qualifier d’un peu perdue dans la montagne pour être honnête. Après avoir traversé la campagne roumaine (même épisode que le minibus moldave, ceux qui lisent régulièrement comprendront!) pendant une heure pour arriver à Peles, vous remarquerez que le cadre est comme qui dirait, superbe! Et oui, le bâtiment lui-même est impressionnant, de part sa taille mais surtout à cause de l’architecture et de la décoration,  que l’on pourrait qualifier de chargée! De la terrasse du château (je vous ai pas dit, il y a une terrase!) vous avez vue sur la montagne (vert au printemps, blanc en hiver, orange à l’automne…). Personnellement, c’était l’hiver, notez le blanc au fond!

Concernant le château lui-même, tout d’abord je conseillerais de prendre la visite guidée. C’est à peine plus cher et ils ont des guides très compétents. Pour être honnête, faites une visite par vous-même et vous passerez à côté de l’essentiel car il y a beaucoup d’éléments à découvrir, autant historiques qu’architecturaux. Enfin, c’est vous qui voyez. Le château est ouvert de mai à septembre, à savoir: le lundi c’est fermé. Parfois le mardi aussi. Vous pouvez vérifier le site, mais pour l’instant il n’est qu’en roumain. Essayez de lire quand même, on comprend assez bien!

Qu’est-ce qu’on y trouve de si intéressant dans ce château? Des salles avec des vieux tableaux, des statues…comme dans tous les châteaux, voici la liste piquée sur Wikipedia: « Le hall d’honneur, dont le plafond est orné de vitraux aux motifs allégoriques ou héraldiques, La salle des glaces, Les salles d’armes, abritant une riche collection d’armes et armures dont une épée de bourreau du XVIe siècle utilisée pour décapiter les nobles et une épée orientale utilisée par les samouraïs pour se faire sekkupu, Le salon florentin, abritant des candélabres de Murano, Le salon de musique, au mobilier en bois de teck et dont les sujets des vitraux sont inspirés des contes roumains, Le salon mauresque, possédant une fontaine de marbreLe salon français, Le salon turc, La salle du théâtre, La suite impériale .

Vous me direz que ce n’est qu’un château, mais replacez en contexte: premier château en Europe équipé d’électricité et du téléphone si je me souviens bien. Un cadre assez particulier, vous avez vu beaucoup de château perchés dans la montagne vous? (à part en Roumanie, évidemment). Rien que pour le cadre, ça vaut le détour. L’ensemble du château est soit peints, soit sculpté ce qui le rend très impressionnant. Après, on aime ou pas! Les goûts et les couleurs comme on dit!